samedi 14 juin 2008

Un zéro ... pour l'orgueil !

En lisant " les voilées et le supérieur", les souvenirs de mes études ont rejaillit, et je vous raconte mon histoire avec Maître Durand, brillant avocat au barreau de Paris.

Maître Durand nous initiait au droit commercial et au droit civil dans une école d'ingénieurs !

Maître Durand nous considérait, moi et mon collègue marocain, des intrus dans sa classe ! Il n'arrivait pas à comprendre comment des jeunes marocains étaient brillants dans une classe de français moyens !

Maître Durand, attaquait mon pays, critiquait ma culture, et ce, chaque fois qu'une occasion se présentait à lui. Une fois, on discutait sur les droits de la femme mariée pour exercer un commerce! elle devait avoir l'autorisation de son époux, je crois, à cette époque ! Je lui ai expliqué qu'au droit musulman, la femme est une personne qui jouit de tous ces droits ; elle peut exercer son commerce et gérer sa fortune sans solliciter l'accord de son mari ou son tuteur ! Là, Maître Durant s'est énervé. Puis, une collègue, française, militante basque, a pris la parole et a présenté son point de vue ! Maître Durand s'est retourné vers moi, et il m' avait dit "ça, c'est une réflexion intelligente!". A ce moment, j'avais récupéré mes affaires et je lui ai souhaité bonne classe ! c'était mon dernier cours de droit !

Pour l'examen, il m'avait laissé avec le dernier groupe, avec deux collègues, un marocain et un français ! et chaque fois, il appelait la direction à la dernière minute pour s'excuser et reporter l'examen. Suite au troisième report, Le français est parti voir la direction et avait demandé de reporter l'examen et le regrouper avec le droit civil ! Maître Durand s'est mis en colère et croyait que j'étais derrière ce coup bas !

Le jour de l'examen final, je me suis présenté devant Maître Durand ! Je lui ai dit "Maître, vous savez, l'an prochain je ne serais ni dans cette école ni en France, car je rentre au pays ! Le Maroc, que j'aime ! et je pense que toi aussi tu ne donneras plus de cours dans cette institution ! Maître, je refuse de passer cet examen devant vous car vous êtes indignes d'être professeur" ! j'ai claqué la porte ! La direction avait enquêtée, des mois, après, juste avant les délibérations, le directeur m'a appelé et m'a demandé de repasser l'examen, j'avais exigé un professeur d'une autre université, reconnue, pour son intégrité, son équité et sa droiture ! le directeur était dans l'embarras ! j'avais de bonnes notes dans les autres matières ! j'avais accepté "un zéro" non éliminatoire !

Le zéro, inscrit au crayon, figure toujours sur mon bulletin de notes ! c'est le zéro qui restera gravé dans ma mémoire et dont je resterais toujours fier de l'avoir mérité !

En 1987, les cours de droits furent remplacés par un cours sur les contrats !

5 commentaires:

Va.te.faire.voiler a dit…

Comme je te l'ai dit, Maître Durand= saloppppard :D

Sinon, joli le titre!

Rose a dit…

Dans ce cas ton zéro doit être le plus joli au monde!félicitation, ton zéro est pour l'orgueil !

Alphast a dit…

J'ai souvent eu l'occasion de remarquer que, paradoxalement, les universités, étudiants et profs de droit en France étaient plus racistes et xénophobes que la moyenne. Très honnêtement, je ne sais pas vraiment pourquoi. Je soupçonne l'influence historique de ma vieille alma mater de Paris II Assas, un repère de fascistes. Ou celle de la Faculté de droit de l'Université de Lyon... Pourquoi paradoxalement? Bien sûr parce que dire le droit et l'enseigner devrait "immuniser" contre le déni de droit et de justice qu'est le racisme.

dany a dit…

Je découvre ton blog, grâce à ta visite chez moi, par je ne sais quel chemin... Je vais prendre le temps de le lire en entier...
Bravo pour ce zéro, qui devient une décoration du courage!

شامة a dit…

ما أحلى الصفر إن كان هذا حاله
ليت صفرا ضمنا

Caricature

Caricature
Naji El Ali