lundi 16 juillet 2007

Liberté individuelle et religion

"Je suis un bon citoyen puisque je paye mes impôts et je ne commets aucune infraction" et en contre partie "ne touchez pas à ma liberté individuelle, je fais ce que je veux" . Tel est le discours de personnes qui défendent un modèle, individualiste, qui a crée 5% d'heureux et 95 de malheureux sur Terre. Ils oublient souvent qu'au nom de la liberté, ce sont ces 5% qui décident pour eux et leur fixent les espaces de libertés.

Les défenseurs du modèle individualiste voient dans la religion un frein et une entrave à leur liberté. Alors que la religion est source d'épanouissement individuel et de partage avec les autres.

Permettez moi de vous préciser qu'en priant vendredi, je ne pense pas aux autres qui ne sont pas là et je n'exprime aucune haine envers ceux qui ne prient pas, puisque la prière, le jeune, l'aumône et le pèlerinage sont des actes religieux individuels ! A Chaque vendredi, les moments de prières sont une occasion pour me remettre en cause et me poser des questions sur mon éthique, mon comportement, et surtout ma contribution à la société.

Lorsque je jeune, je ne me prive pas de manger, mais je m'offre des moments pour réfléchir aux autres qui n'ont pas assez et je pense au partage !

Lorsque je décide de prendre en charge un orphelin ou offrir l'aumône à une famille pauvre, je ne pense pas uniquement au paradis, mais à offrir l'espoir et l'avenir à la communauté.

Vêtu d'une simple étoffe, quand j'accomplis le pèlerinage, je ne pense pas uniquement que Dieu va pardonner mes péchés, mais que tous les croyants, riches ou pauvres, noirs ou blancs, hommes ou femmes sont égaux.

Quant ils pensent "je profite des fruits de ma réussite individuelle"!" je dis "j'ai réussi, je partage mon bonheur avec les autres !"

Deux conceptions de vie divergentes !

8 commentaires:

Larbi a dit…

Ce que tu dis est bien, je le respecte mais c'est ta propre pensée . Il est permis de dire qu'il n'est pas nécessairement partagée par tout le monde. Peut être par la majorité, je n'en sais rien, mais il n'y a qui pense autrement.

Je comprends pas tes exemples,tu démontres que pour toi la religion te permets de penser aux autres , au partage à l'aumône. Tant mieux. Mais là n'est pas le débat. Il y a des gens qui ne sont pas à fond dans la religion et qui pensent continuellement aux autres, à ceux à qui la vie n'a rien donnée. Il y a des musulmans, des chérifiens, des agnostiques, des juifs , des athées et que je sais je encore qui pensent aux autres. Il y a beaucoup de gens qui n'ont pas besoin d'aller à la mosquée pour faire du malheur des autres le leur pour oeuvre pour le bien de la communauté.

Je comprends pas le raisonnement, par rapport à l'énoncé. A moins si tu veux démontrer que l'entraide, la solidarité est le monopole des gens qui font la prière et le ramadan!

Retournons à ton énoncé. La problématique qui posé n'a rien à voir avec les actes de solidarité et d'entraide de chacun. La problématique qui est posée est relatif au sens que chacun a choisit pour sa vie, au mode qu'il a choisit, à sa liberté. Est ce que chacun est libre de vivre sa vie comme il veut ou doit il présenter une attestation de bonne spiritualité pour être considéré comme digne de la communauté. As-t-on le droit dans une société à majorité musulmane d'être athée, de ne pas faire le ramadan, de ne pas suivre les préceptes de la religion et doit on obligatoirement faire tout ça. On parle ici de moralité, ou plutôt d'ordre morale, pas de solidarité et d'aumône chose qui n'ont rien à voir à ce qui tu énonces au début puisqu'ils ne sont pas le monopole d'une croyance.

Mohamed El Kortbi a dit…

Larbi, je pense qu'il n y a pas de place pour un athée dans une communauté musulmane, en revanche, le respect des juifs et chrétiens est une obligation.

Je pense également que la morale et la croyance sont fortement corrélées.

Larbi a dit…

voilà ca a le mérite d'etre clair alors assumes cette position et ne fait pas un semblant de raisonnement qui n'est pas un!

NB: pour moi il y a de place pour tout le monde et personne, mais alors personne, n'a le droit de dire qui mérite d'étre admis dans la communauté et qui doit en être exclu.

Zaz a dit…

Quelle arrogance!
il n'y a que toi pour faire d'un commentaire ailleurs tout un article chez toi (cf ton intervention chez Fhamator)
J'ai déjà dit là bas ce que je pensais de ta mascarade, je ne viendrai pas en remettre une couche ici chez toi. Sache toutefois qu'altruisme et religion sont deux choses bien différentes, et qui n'obéissent à aucune logique de cause à effet. Faire la charité et crever la dalle pendant un mois (avant de s'empiffrer chaque soir à 18h comme un condamné à mort à son dernier repas ) ne font pas forcément de toi ou d'un autre une bonne personne. preuve en est, toi qui clame haut et fort ce que la religion t'apporte comme épanouissement et ouverture au monde, tu t'octroies le pouvoir suprême de décréter qui est digne ou non d'appartenir à une communauté où tu figures.Navrée de te ramener brutalement au rang d'un simple humain, mais mon pauvre EKM, n'est pas Dieu qui veut.

Anonyme a dit…

Un bon musulmant pratiquant,est une personne non seulement epanouie et tolérante,mais elle est aussi heureuse.
Tes actes religieux n expliquent pas lidée principale du sujet,tu avais la possibilité de parler joliment de l'epanouissement,et la tolérance dans l'islam en general,tout en evitant de parler de tes propres actes avec une telle indiscrètion,tu n etais pas obligé,je crois!!
Rose

Mohamed El Kortbi a dit…

Le "je" dans mon texte est relatif à toute personne pratiquante.

خلاد a dit…

مقال رائع
متفق معك أخ محمد في الـمجمل
واصل
لكن لدي ملاحظة، الملاحظ لمدونتك ومقالك هذا يرى فيك شخصا متدينا إلى حد لكني قرأت عدة تعليقا لك بأنك ضد الإسلاميين؟
كيف تفسر ذلك
تحياتي
:)

Mohamed El Kortbi a dit…

Merci Khalad ...
Je deteste l'adjectif "islamiste" puisque nous sommes tous mususlmans !
Je peux exprimer un avis différent mais je respecte les avis des autres. Si je suis convaincue que mon idée n'est pas juste, je corrige et j'améliore lmes connaissances.
C'est l'esprit de ce blog: le partage.

Caricature

Caricature
Naji El Ali